vendredi 26 décembre 2014

Des produits limousins dans Marianne

Le 19 décembre 2014, l'excellent hebdomadaire Marianne a consacré un beau dossier aux "produits qui font la France". Périco Légasse y écrit notamment que "ce bien commun a besoin qu'on le découvre, qu'on en parle, qu'on le partage, qu'on l'aime comme un objet familier ou sentimental. Peut-être symbolise-t-il une certaine idée d'un vieux pays, taillé dans un vieux continent, mais qui permet de résister aux formes nouvelles de la mondialisation consumériste croissante"... 
Les produits limousins sont donc à l'honneur, comme ceux des autres régions. Sont présentés: les accordéons Maugein, les Weston, le mobilier design en châtaignier d'Alain Dupasquier, les tricots de Cape & Crochet, la porcxelaine Bernardaud, les costumes Smuggler, les massepains de Saint-Léonard, le tablier Madame Choup, les soins Sothys et l'appareillage électrique Legrand.

lundi 22 décembre 2014

Un Noël pas comme les autres à Limoges?




En 1974, La Revue géographique et industrielle de France publia un magnifique volume illustré consacré au Département de la Haute-Vienne. Dans la rubrique "Avenir du commerce", M. Robin, président de l'Association des commerçants de Limoges, se déclarait résolument optimiste. C'était il y a ... 40 ans, et la crise n'en était qu'à ses débuts.
Pour illustrer le passage, une photographie de la rue du Clocher, l'une des artères commerciales préférées des Limougeauds, à l'entrée de laquelle était suspendu un grand médaillon s'éclairant le soir.



Les Limougeauds - si l'on en croit les témoignages directs ou les remarques postées sur les différents réseaux sociaux - semblent satisfaits de leur centre-ville en ces fêtes de Noël et de fin d'année. On a d'ailleurs noté un nombre accru de promeneurs dans les rues du centre-ville par ailleurs très bien mises en valeur par l'éclairage festif. 
La place de la République connaît sans nul doute un regain d'intérêt, avec ses pistes de luge, sa patinoire, diverses attractions et le marché de Noël - qui a lui a valu un coup de projecteur du journal télévisé de TF 1. De même y a-t-il le marché artisanal de la place de la Motte ou l'habituelle fête foraine au Champ de Juillet...
Des animations qui coïncident d'ailleurs avec cette excellente initiative de la Municipalité de proposer aux habitants un échantillon de pavés pour revêtir certaines rues à l'avenir - en pierre du limousin, souhaitons-le! 
 De ci, de là, on note également des déclarations où, à nouveau, certains Limougeauds se disent fiers de l'être et se réapproprient leur identité. Il conviendra d'observer s'il s'agit d'une évolution passagère ou plus durable...

A noter, à la cathédrale de Limoges, en plus de la crèche traditionnelle, un grand calendrier de l'Avent en tissu, naïf et coloré, très visité, oeuvre de l'artiste Maïté Roche (avec, malheureusement, une faute d'orthographe sur l'une des broderies).




La Fondation La Gabegie

Suite aux révélations du Populaire du Centre, Libération a annoncé le "dépôt de bilan en vue" à La Borie (vendredi 19 décembre 2014): information confirmée par le préfet de région, après le Conseil d'Administration de la Fondation. Selon le quotidien national, la dette contractée s'élève à 1,5 million d'euros, plus un déficit chronique de 100 000 euros par an. La Fondation recevant de très importantes subventions, il conviendra de se demander comment les subventionneurs n'ont rien vu de cette gabegie ayant viré au gâchis; il s'agit en effet d'argent public émanant des impôts payés par les citoyens. Comme l'écrit Libération, "les difficultés financières ont été révélées cet été par un audit de Bercy et une inspection du ministère de la Culture". 

dimanche 7 décembre 2014

Le lancement réussi de l'Histoire de Limoges au Café littéraire

Une partie de l'assistance

Vendredi 5 décembre 2014, au Café littéraire (hall de la Bfm de Limoges), le public se pressait nombreux (ci-dessus une vue partielle de la salle) pour assister au lancement de mon Histoire de Limoges parue chez Geste Editions. Nous répondions à l'invitation de Patrick Granger et de ce lieu qui tend à s'imposer comme endroit de culture, de musique et de débats. Le maire était en déplacement, ainsi que Philippe Pauliat-Defaye, adjoint à la culture, mais d'autres élus de la majorité étaient présents, ainsi qu'une conseillère municipale écologiste et que Gulsen Yldirim, conseillère générale socialiste. Monique Boulestin, ancienne députée de la Haute-Vienne, sénatrice suppléante, nous honorait également de sa présence, ainsi que de nombreuses personnalités de la culture et de la ville. Romain Naudin, directeur éditorial de Geste Editions, et moi-même, avons présenté l'ouvrage, qui a reçu un bel accueil critique et est un succès de librairie.

A droite: Patrick Mialon, écrivain et critique d'art

 Il ne s'agissait ni d'un simple cocktail, ni d'une conférence, mais Patrick Granger et moi avions invité différents intervenants, dont il est question dans la partie du livre consacrée à la culture au 20ème siècle à Limoges, ou qui ont collaboré d'une manière ou d'une autre à la réalisation du livre (comme Paul Colmar, collectionneur de photographies ou Laure Théaudin - ci-dessous -, du Pôle Limousin de la Bfm), à intervenir. Ce fut par exemple le cas de l'écrivain et critique d'art Patrick Mialon (ci-dessus), quitémoigna d'une certaine vision de l'art à Limoges dans les années 70 - époque de grande vitalité dans le sillage d'Haussman, dadaïste qui finit sa vie dans notre ville, de Claude Viallat et de beaucoup d'autres dont on se souviendra avec mon livre. Le témoignage de l'ancien galeriste Claude Bensadoun, de Jean-Pierre Comes, également fut très intéressant.

Romain Naudin, éditeur, Laurent Bourdelas, Laure Théaudin, pôle Limousin de la Bfm

Il est bien entendu question du théâtre à Limoges dans mon ouvrage, et Michel Bruzat (ci-dessous), a tenu à rendre hommage aux auteurs "vivants" en lisant un texte de la poète et écrivain Marie-Noëlle Agniau, également présente. L'écrivain et chanteur Jean Alambre s'est aussi souvenu (entre autres choses) du théâtre de L'échappée belle...
Le metteur en scène Michel Bruzat (La Passerelle)

Sont encore intervenus: Marc-Antoine Millon, de l'ensemble musical Hope, Jean-Pierre Levet, universitaire et président des Anciens de Gay-Lussac, fils de Jean Levet, historien de Limoges, qui sauva le quartier de la Boucherie d'une démolition annoncée et fut à l'origine de la Frairie des petits ventres et de Renaissance du Vieux Limoges - dont le président Michel Toulet était aussi dans la salle. De même que Béatrice Castaner, secrétaire générale des Francophonies et romancière et l'artiste Florent Contin-Roux ont bien voulu témoigner. 
On notait aussi dans la salle la présence de l'historien et politologue Vincent Brousse et de Michel Laguionie, historien de la franc-maçonnerie limousine.

Sans nul doute, l'intérêt de la soirée a été de montrer combien la culture avait tenu une place importante et dynamique dans l'histoire de Limoges, rayonnante depuis le Moyen Âge, et combien c'est encore le cas aujourd'hui.